Nawak Land

Communauté fermée de RPCB et délires en tout genre entre une bande de demeuré ~
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Histoire entière de Juste Bernkastel.

Aller en bas 
AuteurMessage
Mellusa ~
Admin
avatar

Messages : 263
Date d'inscription : 15/12/2014
Age : 20
Localisation : Derrière l'écran...

MessageSujet: Histoire entière de Juste Bernkastel.   Mar 2 Aoû - 14:58

Tu ne te souviens plus comment tu es arrivé là. Pourtant, ta mémoire est si parfaite ... Il semblerait que seul ce détail t'échappe. Est-ce un oublie inconsciemment volontaire ou bien une brèche dans ta mémoire si grande ? Tu n'en sais rien. Et, à la limite, tu n'en a pas grand chose à faire. Peut importe comment cela s'est fait, ta vie est un véritable enfer.
Il y a cet homme, un vampire. Il te commande, te semble-t-i, depuis toujours. Tu as perdu, avec la façon dont tu as atterrit ici, tes souvenirs de liberté. Ta vie jusqu'au plus profond de ta mémoire ne semble avoir été qu'un dur calvaire, tu as toujours été esclave, c'est encré au plus profond de ton être. Pourtant, tu as toujours été horrifié et dégoûté par cette seule idée de n'être rien de plus qu'un jouet, un pantin au service d'un homme cruel, sadique et sans pitié. Homme ? Peut-on réellement utilisé ce terme pour désigner cet individu ? Monstre ne serait-il pas plus adapté ?
Tu avais été mis très tôt aux ordres de ce vampire. Riche et influent, il n’avait pas voulu attendre que l'on t'éduque. Il voulait le faire lui-même, à sa manière. Ainsi il t'avais acheté presque le double du prix d'un esclave humain. Pourquoi toi ? Jamais rien ni personne ne pu répondre à cette question, et tu cessa vite de te la poser en réalisant que si c'était tombé sur une autre personne, elle se serait sûrement demandé la même chose. Et puis, tu n'étais pas seul à vivre ce calvaire. Il y avait un autre jeune garçon, un peu plus âgé que toi. Hansel, il s'appelait ainsi. Hansel Bernkastel, il se présentait sous cette identité. Pourquoi ? Il disait que Bernkastel était le nom de famille de sa mère et qu'il tenait absolument à le préserver, car il le trouvait joli et qu'il aimait beaucoup sa mère. Tu trouvais l'histoire très touchante et regrettait de n'avoir conservé dans ta mémoire le nom de ta propre mère.

Hansel et toi avez tout vécus ensemble. Les maltraitances d'un homme-monstre, pour qui vous n'étiez rien de plus que de vulgaire jouets qu'il pouvait blesser à sa guise et dont il pouvait tirer sa nourriture, les insultes. La seule chose que tu avis réellement apprise tout au long de ta vie, avec ce maître, c'était de te soumettre. La peur t'y résignait, bien malgré ton désir enterré de fuir, quitte à prendre sa vie. Hansel, lui, avait l'âme davantage rebelle. Il n'aimait pas obéir, courber le dos et laisser faire. Il avait peur tout autant que toi, mais savait, malgré tout, rester fidèle à son désir de liberté. Il t'avait toujours protéger, ou du moins essayer, car votre maître semblait apprécier tout particulièrement s'en prendre à toi. Hansel était ton modèle, une sorte de grand frère protecteur envers toi. Tu l'aimais beaucoup. Il savait te donner de l'espoir et du courage pour supporter ta misérable situation.
Il te semblait que le maître avait une certaine préférence pour ta personne. Il prenait un malin plaisir à te voir souffrir sous ses coups. Quand tu pleurais, il riait. Et tu ne comprenait pas pourquoi tu étais là. A quoi Hansel et toi lui serviez-vous ? Il ne faisait que vous enfermer et vous frapper, parfois, vous torturer, sans raison apparente. Il vous disait de vous soumettre, de ne pas vous plaindre et de subir en silence. Avec le recul, vous en avez conclu que cet homme était dérangé psychologiquement. En effet, il avait deux jeunes esclaves en forme - ou du moins avant qu'il ne les maltraites - et tout ce qu'il en faisait, c'était de leur faire du mal. Tu n'avais jamais compris pourquoi ...

Hansel n'avait de cesse d'imaginer toute sorte de plan pour vous permettre de fuir, lui et toi. Tu n'y croyais pas. Pourtant, un jour, il mit un de ses plans à exécution et vous aviez pu fuir. Tu avais alors dix-sept ans et lui vingt. Aller ainsi vers l'inconnu t'effrayait, mais cette sensation d'être libre te faisais oublier cette angoisse ! Tu te sentais bien pour la première fois de ta vie selon tes souvenirs.
Parlons-en, de tes souvenirs. De ta mémoire plus exactement. Tu a toujours eu une excellente mémoire, hormis ce bout de ton passé qu'il te manque. Cette mémoire, quasi parfaite, te permet même de visualiser un souvenir de tel sorte à pouvoir presque le revivre. Cependant, vu les souvenir que tu as eu avec le monstre, tu n'utilisais jamais cette capacité, jamais volontairement. Et s'il t'arrivait de revivre un souvenir, Hansel était toujours là pour te ramener à la réalité. Ainsi, on peut considérer que vous étiez dépendant de lui à ce niveau là.
Durant votre temps en liberté, il continuai d'empêcher tes souvenirs de prendre le pas sur la réalité et tentait de t'aider à vaincre le traumatisme laissé par le traitement du vampire. Vous aviez tous deux trouvé refuge dans une grotte et vous vous nourrissiez comme vous pouviez. C'était Hansel qui se chargeait de chasser. Toi, tu n'arrivais pas à faire grand chose et tu avais trop facilement peur pour être efficace. Vous installiez votre petit quotidiens de survie, profitant comme possible de la liberté que vous aviez. Doucement, tu te remettais de tes craintes et commençait à croire qu'il était possible que cette liberté dure. Cependant ...

A peine commenciez-vous à ne plus craindre qu'il réapparut, comme si cela avait été volontaire de vous laisser le temps d'espérer. Hansel avait essayer de le combattre, il avait perdu. Toi, pauvre incapable, tu n'avais pu que te soumettre et rentrer bien sagement. Tu savais que vous seriez puni, tous les deux.
Tu le savais.
Cependant ...
Tu ne pensais pas qu'il était possible d'avoir une punition aussi cruelle.

Cela lui avait prit trois jours. Le maître avait pris trois jours pour réfléchir et penser à sa punition. Une fois l'idée bien préparée, il était venu vous voir avec un air... Anormalement sadique et satisfait. Son visage laissait paraître toute sa cruauté dérangée, toute sa folie. Il ne disait rien, laissant un silence pesant tandis qu'il vous regardait, tantôt toi, tantôt Hansel. Le silence laissé était si lourd ... L'attente si insoutenable.. Tu avais l'impression que les secondes étaient des minutes, et les minutes des heures. C'était la première fois que tu étais autant apeuré dans le calme. Il n'annonça pas de sentence. Il l'exécuta. Il te força à boire quelque chose, du sang, le sien. Puis, sous les yeux horrifié de Hansel,il te tua. Mais, il ne t'offrit pas une mort rapide. Non .. Il se plut à te tuer lentement et sous une douleur atroce ! Tu n'attendais plus qu'une chose, à chaque coup, à chaque blessure, à chaque entaille sur ta peau, dans ta chaire ... Mourir. Tu avais hâte de mourir ! La mort pourtant, t'as toujours effrayé. Sans cette peur, tu aurais probablement vite mit fin à ton existence. Mais là, il te faisait tant souffrir que tu avais hâte.
Cela arriva. Lentement, certes. Mais cela arriva. Tu mourus.
Tu avais totalement oublié que tu reviendrais à toi. Car tu vais bu le sang de cet homme.
A ton réveil, tu fus soulagé de voir Hansel en vie. Mais tu avais une envie étrange. Tu voulais son sang. Alors tu compris. Tu regardais ton maître qui s'en allait en souriant, te laissant enfermé avec celui que tu voyais comme un frère. Hansel ne comprenait pas, mais toi tu devinais très bien ce qui allait se passer.

" Qu'est-ce qui ne va pas ? "

...

" Juste ? Pourquoi tu ne me laisse pas t'approcher ? "

Tu luttais. La soif était très présente.

" Juste ... "

Tandis qu'il approchait sa main de toi tu la repoussait d'un coup, sans lever le regard vers lui. Hansel ne comprenait pas et tu n'avais pas la force de lui expliquer. Tu avais l'impression que si tu ouvrais la bouche, ce serait pour le mordre. Tu n'avais même pas le courage de lever les yeux vers lui. Tu étais sûr que le voir te donnerais envie de lui sauter dessus pour te nourrir de son sang.
Mais au fond, tu le savais. Tu ne résisterais pas longtemps. Tu savais que tu ne faisait que retarder l'inévitable. Et cette souffrance .. Aussi bien physique que morale, ne te quitterait probablement jamais après cela.
Tu résistais.
Retardait l'inévitable.
Redoutait chaque seconde ...
La seule idée que tu pouvais t'abreuver de sang te dégoûtait. Tu ne voulais pas devenir comme ce monstre !
Cependant ... Tes instincts nouveaux t'y forcèrent. Un jour, tu céda. Quand tu repris tes esprits, tu tenais entre tes bras le corps mort de Hansel... Tu lui avais pris trop de sang ... Tu l'avais tué. Ton maître ? Il t'avait laissé faire. C'était ce qu'il voulait. C'était votre punition, à tous les deux. Hansel l'avait payé de sa vie ... Et toi de ton humanité.
Suite à cet événement, tu fus atteint d'un canitie subite. Le lendemain tes cheveux étaient passé de leur teinte poivre et sel au blanc, comme pour symboliser le vide laissé par la mort de ce frère.

Après cela seulement, ton maître t'apprit à devenir un bon vampire qui sait se contenir. Du reste, il ne changeait pas ses habitudes. Il te frappait toujours, te torturait aussi bien physiquement que moralement. Un jour, il t'expliqua qu'il t'avais fais vampire pour pouvoir te torturer pour l'éternité. Il n'y avait alors plus aucun doute. Cet homme... Il était fou. Tu ne pouvais compatir ... Mais tu te doutais qu'il cachait bien des choses qui expliquaient un tel comportement. Tu en ignorait tant ... Jusqu'à son nom.
Les jours, les mois, les années passèrent ...
Un jour, tu avais rencontré le frère de ton maître et son esclave. Cet esclave t semblai être comme toi ... Soumis par la peur. Il était plus jeune. Tu le voyais de temps en temps par la suite. Vous n'échangiez pas le moindre mot, mais compatissiez l'un pour l'autre.

Tu voyais les années passer. Tu ne vieillissait plus.

Tu n'avais jamais même songé à fuir un jour. Tu n'osais pas. La première punition avait été bien assez rude. Tu redoutais bien trop ton maître pour oser lui désobéir. Au fond, toute ta vie, tu avais été figé par cette crainte ... C'était elle, ta véritable maîtresse.

Un beau jour, tu constata de l'absence de ton maître. Intrigué, tu le recherchait dans toute la maison. Aucune trace. Tu regardais alors la porte, hésitant. Non seulement le maître n'était pas là, mais ses nombreux domestique -car il fallait bien du monde pour entretenir la demeure- avaient aussi tous disparut. Tu étais seul. Abandonné. Tu fixait alors cette porte, ouverture vers l'extérieure. L'hésitation alors, pour la première fois, te gagnais. Pouvais-tu te permettre de partir ? Ou était donc passé ce maître ? Tu t'approchais doucement de cette porte... Osant à peine l'effleurer. Pour te donner du courage, tu te convainc que ce n'est que pour vérifier s'il n'y est pas. Tu ouvrait alors et la lumière du jour t'aveuglais, le soleil te semblait te brûler la peau, alors tu referma.
Tu attendais plusieurs jours. Il ne revenait pas. Tu avais trouvé pour te nourrir, une réserve avec des bouteilles de sang. En fouillant la demeure, tu retrouva son or. Visiblement, ton maître n'étais pas pour les banques, car il te semblait bien que toute sa richesse ou du moins une bien grande part s'y trouvait. Tu ne savais pas que faire de cette découverte. Enfin ... Tu avais bien une idée, mais tu n'osais pas réaliser cette idée.
Tu étais resté longtemps dans cette maison. Tes souvenirs parfois, de par ta condition d'eidétique et à cause du traumatisme, te faisaient croire au retour de ton maître, mais quand tu revenais à toi il était toujours absent.
Un beau jour, il tu fut bien obligé d'admettre que tu avais une opportunité unique de fuir. Et l'envie fini bien par te gagner suffisamment pour que tu ose préparer des valises. Tu ne pris que le strict nécessaire et l'argent liquide, puis tu disparut. Tu voyagea beaucoup, redoutant de t'être trompé quant au décès présumé de ton maître. Mais cette liberté qui te tendait les bras était bien trop belle pour que tu ne t'y réfugie pas. Tu étais devenu vampire, donc avait perdu ce statu d'esclave, il te l'avait dit. Tu n'avais d'ailleurs jamais su pourquoi il t'avais retiré aux yeux de la lois ce statut, mais cela te permet aujourd'hui d'être libre.
Tu alla refaire ta vie dans un autre pays. Tu te pris une maison petite mais confortable. Il te fallut rattraper tout ton retard. En effet, enfermé pendant presque deux cent ans, tu as raté toute l'évolution du monde et tu dois désormais essayer d'en déchiffrer et d'en saisir la mécanique. Cela te pris du temps ... Mais tu parvint à y arriver. Malgré tout, ton traumatisme persistait. Tes souvenirs te hantaient et tu les revivais par moment, comme si tu étais de retour dans ce passé horrible. Il te hante, et tu n'y peux rien. Les gens, quand ils te voient en plein souvenir, te prennent pour un fou. Cela arrive peu, car tu sors peu.
Quand tu quitte ta petite demeure, tu revêt une sorte de costume, des vêtements riches qui te donnent l'air imposant. Tu arbore un air assuré et sévère pour cacher qu'il serait facile de te soumettre. Tu garde secret ton passé et, en hommage à Hansel, tu t'es fais nommé Juste Bernkastel.

▌│█║▌║▌║ ▌║▌║█│▌

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://anshingakuen.forumactif.org
 
Histoire entière de Juste Bernkastel.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Gérard Jean-Juste janbe kafou a
» Juste avant la Bibliothéque, et vous êtes arrivés
» C'est juste l'histoire d'un oiseau [Ellie Nightcase/Avery Lestrange]
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Commémoration de l'assasinat de l'Empereur Jacques 1er, fondateur d'Ayiti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nawak Land :: Flood :: Write :: Les Histoires de Mellusa ~-
Sauter vers: